Interview #03 – Benoît, le photographe entrepreneur

Rappel : Les Interviews Créatives ont pour but de présenter des créateurs anonymes ou presque sur internet, leur parcours, leurs œuvres et leur façon de voir la création. Si vous voulez participer à une interview n’hésitez pas à me contacter. Partagez. C’est important de partager ces posts là, plus que le reste de ce blog, car ils ne me concernent pas.

Aldy : Bonjour à toi Benoît ! Je te présente pour ceux qui ne te connaissent pas, tu es un de ces fameux « millenials » mais qui a déjà tellement de cordes à son arc que ceux qui utilisent ce terme se sentiraient déjà dépassés. Plus sérieusement, tu n’es pas inconnu sur ce blog, car notre cher Abakreo (Cf. Interview #02) t’avais justement cité comme étant une référence encore trop méconnue à voir absolument. Et c’est avec plaisir que j’ai la chance d’avoir quelqu’un d’aussi talentueux en interview ! Avant de commencer à parler de ton travail et ton parcours, voudrais-tu te présenter plus en détail ?

Benoît : Bonjour à toi Aldy! Merci de me recevoir sur ton blog! Effectivement j’ai été cité par mon ami et collègue Abakreo au sujet de mon parcours de jeune créatif! Alors je suis jeune, je dévoilerais mon âge à la fin pour éviter que les gens restent focaliser dessus. Je fais de la photographie depuis près de 10 ans, j’ai commencé à prendre des photos de tout et n’importe quoi pour finir en collaboration avec plusieurs multinationales! Je suis donc professionnel dans mon art, car oui la photographie est le 7ème art sur terre.

Aldy : Je ne dévoilerais pas ton âge, car ce n’est effectivement pas le plus important. Car ce qu’on voit, c’est un parcours empreint de passion et de motivation. 10 ans que tu effectues de la photographie, et avant de revenir aux projets concrets, a ce qu’ils sont en tant que tel, j’aimerais justement m’attarder sur elle, et sur les autres talents que tu pourrais avoir. Sur ton site web, tu dis ‘La photographie m’offre l’opportunité de capturer une émotion et de la faire perdurer.’. Comment est-ce que tu saisis ce moment ? Qu’est-ce qui motive tes prises de vues, ce qui trie le grain de l’ivraie ?

Benoît : Il faut revenir à l’essentiel de la définition de la photographie. Pour moi les photos qu’elles soient prises par moi ou par quelqu’un d’autres je les regarderais de la même manière et avec la même analyse! Je regarde en premier lieu le message que le photographe a voulu faire passer. Par exemple encore aujourd’hui quand je tombe sur la photo de mon grand-père cela me rend triste car il est parti il y a peu de temps, mais il est si beau sûr cette photo et fidèle à lui-même que je ne peux qu’être fier de l’avoir eu comme grand-père.

Trop souvent les jeunes créateurs s’attardent sur la qualité du cliché. Il ne faudrait pas qu’il ait des défauts comme une surexposition, ou du bruit, il faut respecter la règle des tiers etc… Moi ça ne fait pas longtemps que j’ai réussi à me détacher de ça. Grâce à une amie photographe Suisse, Laura Gilli. Donc j’arrête de vouloir rechercher la perfection car elle n’existe pas. La netteté est une illusion créée par nos yeux. Je préfère également passer de messages forts qu’un simple cliché qui sera oublié la seconde qui suit.

Aldy : Justement, je profite d’être un néophyte total de la photographie, comme surement beaucoup ici, pour te poser cette question : J’ai vu sur tes réseaux et ton site, que tu partages majoritairement trois types de photo dans ton travail : Des portraits, des photos d’automobiles, et des photos d’événements. Sachant que dans chacun de ces genres, les shooting et émotions qui se dégagent peuvent être différents. La question que je me pose c’est… Aborde tu ces séances de la même manière ? Tant artistiquement que techniquement. Est-ce que tu recherches la même chose ? Est-ce qu’il y a vraiment des émotions, des messages qu’on ne peut transmettre qu’avec certains sujets ?

Benoît : Tu as le sens de l’observation, effectivement je suis sûr ces 3 axes, chacun d’eux me permet de présenter de manières différentes une émotion.

Le portrait : est pour moi la meilleure façon de montrer aux gens que nous sommes tous beaux, la définition de beaux est très vague et est défini par les grandes marques de prêt-à-porter du monde donc pas une source fiable. Ce n’est pas que tu es gros, mince, grand, petit, etc… que tu ne peux pas poser devant mon objectif! chacun des modèles sont plus ou moins à l’aise avec leur corps. Dans mon métier le meilleur compliment qu’on m’est fait en shooting pro, c’était un jeune modèle. En sortant du shooting, elle me remercie en me disant qu’elle avait appris à connaître son corps et l’apprécier un peu plus! c’était génial.

Les événements je cherche moins à faire réfléchir, car qui irait en festival pour analyser les paroles d’un rappeur et lancer un débat ? Personne! On y est pour prendre un max de plaisir!

L’automobile, comment aborder ce sujet ? Mon meilleur ami, depuis toujours, il est fan de voiture. Moi je l’étais moins mais c’était mon meilleur pote je le suivait dans tout ce qu’il faisait. Jusqu’au jour où il a réussi à s’acheter sa première voiture et qu’il est venu me la présenter, les étoiles dans les yeux. Il souhaitait partout, il roulait tant qu’il y avait de l’essence et c’était un moment merveilleux de le voir si heureux. Depuis ce jour-là à chaque fois que je shoot une voiture avec mon appareil, c’est la même émotion qui vient en moi et que j’essaie de faire paraître dans mes clichés.

Pour finir, je pense qu’on peut faire passer tous les messages que l’on veut mais cela ne dépend pas que du photographe mais aussi des modèles et des gens qui vont la regarder. Car chacun se fait son propre avis et ça c’est qui est fou pour moi!

Aldy : Cette passion on la sent profondément ancrée en toi ! Comme je t’ai dit je suis néophyte, et ma création est davantage orientée vers l’écriture que la photo, et pourtant je ressens ce frisson qui me parcourt quand j’écris quand tu parles de tes shootings ! Avant de passer à tes projets j’aimerais te poser une dernière question sur la photo : Aujourd’hui des photographes qui essayent de se professionnaliser il y en a beaucoup, tu critiquais d’ailleurs cette volonté de vouloir à tout prix avoir une image nette, oubliant la beauté d’une photo qui s’exprime ailleurs. Ma question est donc : Comment fais-tu pour te démarquer de la masse ? Quel est pour toi la différence, le conseil que tu donnerais à un vrai passionné de photo, pour pouvoir s’exprimer pleinement, et peut être en faire son métier ce qui n’est jamais facile

Benoît : Ça me fait vraiment plaisir de parler avec un néophyte comme toi et de partager deux monde pas si différent! Tout le monde peut devenir photographes professionnelles dans l’idée. Tu peux aller faire une formation, une école, etc. et ressortir avec un papier de photographe professionnel! Tu seras le type idéal pour faire mes photos passeport. Mais tu n’auras peut-être pas la même sensibilité à photographier une femme complexée par ses défauts « pseudo défaut, c’est subjectif bien sûr ». Il m’arrivait de donner des workshop d’une journée à de jeunes professionnels du métier. Il était dans leur première année de carrières et les questions qui sortait était tourné vers l’argent, trouver un max de gros clients, etc… Moi je trouve ça dommage, voir même triste. Quand j’ai commencé la photo je ne savais même pas que photographe était un métier et que tu pouvais gagner ta vie.

Le conseil que je pourrais donner aux passionnés, c’est d’arrêter de croire qu’il y a des barrières entre les pros et les amateurs. Venez discuter avec nous les pros, la majorité vous tendrons les bras si vous êtes vraiment motivés. Au début, ce sera dur car rares seront les critiques positives. Vous allez recevoir une pluie de choses à changer dans votre façon d’aborder notre art. Car oui dernier conseil, la photo n’est pas un travail qu’on peut laisser le travail fini au casier après nos 8 heures quotidiennes. Je vis photo, je mange photo, je dors photos. Ceux qui ne se relèveront pas des critiques sont ceux qui ne sont pas prêts à devenir un vrai photographe.

Aldy : Ça on peut le dire que tu vis photo, quand on voit aujourd’hui, tous les projets qui sont liés autour. Pour les présenter succinctement, tu es fondateur et le PDG/CEO d’une entreprise, mais tu es également le fondateur et le directeur de production d’une autre société de production audiovisuelle, sachant qu’autour de cela, non seulement tu es encore en train de finaliser tes études de médiamaticien, mais qu’en plus de ça tu articule tout cela autour d’autres expériences professionnelles, même si toutes ne sont pas en lien avec la photo. On ne va pas se mentir, tu serais presque un boulimique de la photo ! Mais parlons justement de tes deux entreprises dont tu es fondateur. Peux-tu nous les présenter succinctement, et nous expliquer quel est ton rôle dans ces boites ?

Benoît : Effectivement à côté de mes études je suis fondateur et CEO de plusieurs entreprises, même si il y en a deux répertoriés dans mon CV, possible qu’il y en ai qui soit actif auxquelles j’y contribue, mais ce n’est pas le sujet premier de cette interview.

Alors pour commencer je suis le fondateur et CEO de BPO Pictures, une boîte de photographe qui s’occupe de répondre à toutes demandes graphiques. Au début j’étais seul, mais mnt je compte plusieurs amis freelances que je contacte car sinon il me faudrait des journées de 40 heures pour tout finir.

A côté de ça avec des amis du domaine de la vidéo, on a lancé Olympe Films. Nous avons déjà réalisé notre premier moyen-métrage et nous sommes en pleine réalisation du suivant long-métrage. Mon rôle dans la société c’est premièrement de la faire connaître au tout public. Mon premier challenge a été de devoir faire venir les gens au salles de cinéma pour la première fois et à la surprise général ont a fait salle comble 2 fois à la suite, alors qu’une seule séance était prévue.

Dans un second temps, je suis directeur de production, j’ai donc la responsabilité de coordonné tous les personnes qui s’attellent aux projets, cela va du producteur au réalisateur en passant par les scénaristes, etc…

Car la deuxième chose qui m’anime après la photo c’est l’entreprenariat, donc il était logique pour moi de lancer mes 2 boites de production avant de me lancé dans d’autres domaines.

Aldy : Salle comble deux fois de suite ? Qu’est-ce qu’on ressent à ce moment-là ? Car… Et bien on ne va pas se mentir, pour un premier moyen métrage c’est inespéré ! Sans rentrer en profondeur, même si tout n’est pas lié à ta passion artistique, tu te verrais faire de l’entreprenariat sans la photo ? Et… D’une certaine manière, tu te reverrais encore faire de la photo mais sans essayer de te professionnaliser ? Je te pose la question car pour beaucoup, professionnaliser son travail créatif, c’est justement prendre le risque de transformer cela en « travail » avec tout ce qu’il y a d’aliénant

Benoît : Salle comble une fois c’est fou, 2 fois c’était impossible, je n’y crois toujours pas. Le principal c’est que les gens étaient réceptifs à notre contenu que d’avoir une salle pleine de hater (Haineux), non merci.

Bien sûr que je me verrais faire de l’entreprenariat sans domaine principale la photo. Car j’arriverais par tous les moyens à la mettre au sein de mes entreprises, exemple : une boite d’évent, à besoin de photos pour la communication, un garage a besoin de photos pour pouvoir se promouvoir auprès des clients. Donc la photo n’est jamais très loin et je suis également très loin de m’en séparer.

Qui t’a dit que la photographie était mon travail ? Mon CV oui car sur le papier je suis photographe professionnel, mais dans la vraie vie tu m’entendras jamais utiliser le terme travail, mais projet. Jamais ne tu me verras partir du bureau comme un pendulaire en disant : j’ai terminé ma journée de travail. Mais je finis mes journées tard car j’aime les projets que j’entreprends avec mes potes, clients ou marques.

Mais dans le fond je comprends la question ou le dilemme que beaucoup de passionnés se pose. Est-ce que je ne vis que de la photo au risque de perdre la passion et ne devenir qu’un travailleur qui exécute des travaux ou est-ce que je garde ça comme passion dans mon temps libre ? Cela dépend de chacun de nous. Il n’y a pas vraiment de formule magique pour nous catégoriser à mon avis.

Aldy : Où est ce que tu te vois justement en terme de projet, dans les années à venir, et, soyons fous, dans une dizaine d’années ?

Benoît : Dans les années à venir je me vois réaliser tous les projets qui n’ont jamais encore été fait. De collaborer avec n’importe quel modèle, marque et continuer ce que je fais… Former de nouveaux apprentis photographe et leur inculquer les vraies valeurs de notre métier et non des règles. Soit dit en passant si je pouvais donner des conférences sur le sujet de la création, ce serait encore plus fou! Mais dans une dizaine d’année, j’espère n’avoir aucun regret et être persuader que j’ai tout fait pour me donner les moyens et avoir ma chance dans ce domaine si privilégié.

Aldy : Pour toi la formation, la transmission de valeurs et non de simple connaissances et de règles, c’est essentiel dans ton métier ?

Benoît :  Bien sûr, pour moi un photographe est unique par ses propres valeurs et non par des règles communes à tout le monde

Aldy : En tout cas je te remercie d’avoir pris le temps de répondre à toutes mes questions. Une fois n’est pas coutume, je propose toujours à ceux qui passent ici de faire de la publicité, de mettre en lumière un créatif qui n’a pour eux pas assez de visibilité et qui le mérite, et si possible avec un lien. As-tu quelque chose en tête ?

Benoît : Merci à toi Aldy, ce fut un plaisir de répondre à un passionné! Pour les créateurs j’en ai beaucoup! Mais on va en choisir quelques uns. Bien évidemment il y a mon ami et collègue Abakreo, qui va pouvoir prendre son envol grâce à son nouveau matériel! Mais si je devrais citer quelques jeunes qui mériteraient d’être mis en avant c’est Jules, un jeune de mon village qui est en pleines études également dans le domaine de la photo mais qui mériterait beaucoup!

https://www.instagram.com/visual_splinters/

Et le deuxième c’est mon collègue et ami, Antonin alias Shine qui a lancé Arkine production et qui a un superbe talent dans son art!

http://www.arkineprod.com/

En tout cas ce fut un plaisir de répondre à tes questions!

Aldy : Je te remercie toi aussi !


Les liens pour découvrir son travail :

Son site: https://bpo-pictures.ch/

Son instagram : https://www.instagram.com/bpo.pictures/

Si vous ne voulez pas manquer les prochaines interviews sur le blog, n’oubliez pas de vous abonner :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *